Baisse du prix du gaz en octobre et fin prochaine des tarifs réglementés

Alors que les tarifs réglementés du gaz n’ont cessé d’augmenter ces derniers mois, il semblerait que la tendance va s’inverser au mois d’octobre. Une bonne nouvelle pour ceux qui sont soumis à ces tarifs, soit environ 11 millions de foyers.

Cependant, ces tarifs réglementés sont menacés. La France est l’un des derniers pays de l’Union européenne à encore pratiquer ces tarifs.

Une baisse de -0,8 %

Lors des trois derniers moins, les tarifs réglementés du gaz n’ont cessé de progresser. Une hausse de 0,2 % en juillet. Puis une nouvelle hausse de 2,3 % en août. Et finalement, une augmentation de 0,4 % en septembre.

Le mois d’octobre devrait donc marquer une rupture dans cette progression. Les tarifs réglementés devraient diminuer de -0,8 %. Finalement, cela correspond davantage à la tendance annuelle qui a vu ces tarifs diminuer de 9 % depuis le début de l’année.

Vers la fin des tarifs réglementés ?

Pour le moment les évolutions de ces tarifs concernent encore de nombreux Français, environ 11 millions de foyers. Cependant, ils pourraient prochainement complètement disparaître. Depuis que le marché des énergies s’est ouvert à la concurrence pour le grand public, c’était en 2007, ces tarifs réglementés sont contestés.

D’ailleurs, de nombreux pays européens les ont déjà abandonnés, dont l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande, et la Suède. La France résiste encore et toujours, mais l’Europe veut qu’à terme ces tarifs réglementés disparaissent.

S’ils sont souvent évoqués comme permettant de protéger le consommateur des fortes variations tarifaires des énergies. Ces tarifs réglementaires permettent aussi de protéger les fournisseurs historiques comme EDF. Au final, même le marché est ouvert à la concurrence depuis 2007, ces fournisseurs restent toujours nettement devant au niveau de parts de marché. En supprimant les tarifs réglementés, l’Europe espère donc que le marché de l’énergie devienne véritablement concurrentiel.