Le gaz comme carburant : une alternative moins polluante

Lorsque l’on pense à une alternative à l’essence ou au diesel on pense systématiquement à l’électricité. En effet, les véhicules électriques se développent de plus en plus en France et dans le monde. Néanmoins, il existe une autre alternative qui est le gaz. Les acteurs de cette filière ont décidé d’augmenter leurs investissements dans cette ressource afin d’en faire une alternative sérieuse.

Trop confidentielle

En France les véhicules fonctionnant au gaz naturel ou au biogaz ne sont pas nombreux. D’ailleurs nombreuses sont les personnes qui ne savent pas que le gaz peut être un carburant. Il est donc important de rendre ce gaz naturel pour véhicule plus visible et de le présenter comme une véritable alternative aux carburants classiques que sont l’essence et le diesel. Pour cela plus de 200 millions d’euros vont être investis d’ici à 2020 par les acteurs de cette filière.

Un carburant plus propre

L’essence et le diesel sont connus pour être des carburants polluants. Le gaz naturel et notamment le biogaz est nettement polluant. Le gaz naturel utilisé dans les véhicules est principale du méthane, c’est-à-dire celui que l’on retrouve dans nos logements. Il réduit de 10 % les émissions de CO2 et de 70 % celles d’oxyde d’azote. Sans oublier que ce gaz ne délivre aucune particule fine.

La France est en retard sur ce carburant si on la compare à l’Italie et son million de véhicules au gaz ou à l’Allemagne et ses 100 000 véhicules.

Le problème, c’est que parallèlement les moteurs électriques se développent et que les constructeurs sont plus intéressés par ces derniers que par le gaz. Néanmoins, l’Association française du gaz naturel pour véhicules (AFGN) veut atteindre 30 000 véhicules fonctionnant au gaz d’ici à 2020.